Affleurement, n. m. (angl.: outcrop / gr. : ?)

Zone rocheuse qui affleure au niveau du sol naturel ou du fond marin. À Délos, où les formations superficielles sont minces, les affleurements sont très nombreux, ce qui a permis d’extraire à l’air libre tous les types de roches présents dans l’île. Le plus souvent les affleurements de gneiss, de marbre et de poros apparaissent au niveau du sol, alors que ceux de granite dépassent, parfois de plusieurs mètres, le sol environnant. Pour chaque affleurement exploité, on note sur son relevé sa longueur, sa largeur et son altitude maximale conservée.

Le cadre géologique

 
La Mer Égée résulte de l’amincissement de la croûte continentale au-dessus de la subduction de la Plaque Afrique, en retrait depuis environ 35 Ma. Dans ce contexte d’arrière-arc égéen, où la tectonique extensive a conduit à l’affleurement des roches métamorphiques de la croûte profonde (Denèle et al. 2011), l’île de Délos a vu la mise en place, il y a 10 millions d’années, d’un dôme de granite occupant les trois-quarts desa surface. Ce granite perce les gneiss métamorphiques du socle des Cyclades
structurant le quart septentrional de l’île. Délos fait partie d’un dôme extensif plus vaste qui intègre les îles proches de Rhénée et Mykonos, avec des lithologies similaires. L’affleurement de ces roches résulte de la tectonique extensive au cours du Miocène, mais aussi de mouvements verticaux récents, encore actifs. L’étude de ces mouvements verticaux et des variations de la ligne de côtes dans la région reste à faire de manière systématique d’autant que ces variations se font à une échelle de temps très rapide, visible sur les vestiges historiques de Délos comme ceux d’autres îles grecques. La tectonique très active de la région égéenne, conséquence de la dynamique de subduction, fait l’objet d’un effort international et en particulier européen important depuis une vingtaine d’années et le niveau des connaissances s’est considérablement accru, mais les interactions entre la communauté des archéologues et celles des géologues n’ont pas encore profité de ce renouveau. Si la grande éruption de Santorin est connue, séismes et petits tsunamis sont très peu documentés dans les textes concernant cette partie de la Mer Égée. Concernant la ligne de côte la part de la tectonique récente et celle des variations du niveau eustatique en Méditerranée sur le niveau marin relatif ne sont pas clairement séparées.
 
À l’intérieur du dôme granitique on trouve des lentilles de marbres et de gneiss ; dans la zone des gneiss, des flammes et des veines blanches résultant de leur fusion partielle lors de la mise en place du dôme ainsi que des filons granitiques plus tardifs. Les roches sédimentaires de l’î
le se résument à quelques paléosols, marins ou non, et des dépôts de pentes carbonatés. Quatre types de roche sont donc présents dans l’île: du granite qui est largement majoritaire, du gneiss relativement abondant, du marbre qui l’est beaucoup moins et des roches sédimentaires récentes que les archéologues ont pris l’habitude d’appeler du nom générique de poros. Toutes ces roches ont été exploitées, mais aucune n’a été utilisée pour la sculpture, ce qui explique que nous n’ayons pas retenu les produits de cet art dans notre projet. La géologie de l’île, après avoir intéressé de nombreux voyageurs, a retenu l’attention des membres de l’Expédition scientifique de Morée (à Délos en 1829), puis celle de L. Cayeux (École
Supérieure des Mines), qui a publié en 1911 une Description physique de l’île de Délos accompagnée d’une carte géologique au 1/10000. Plus récemment, une nouvelle carte géologique de l’île a été dressée au 1/10
000 (Matarangas et al. 2002), échelle insuffisante pour ce type d’étude, et ses carrières ont suscité des études partielles dont aucune n’a envisagé l’usage des pierres extraites (Fraisse, Koželj 1991; Hadjidakis et al
. 2009). D’autres travaux, axés sur le granite ou sur l’eau, ont eudes objectifs principalement géographiques ou géomorphologiques (Lucas 1999 ; Desruelles 2004)
 

Banc n. m. (syn. : strate, couche) (angl. : bed / gr. : ?)

Bancs de gneiss et de marbre, carrières de Tinos

Ensemble géologique homogène compris entre deux couches de type pétrographique différent et séparé d’elles par des joints de stratification qui peuvent être creux ou remplis d’une roche plus tendre. On le définit par ses caractéristiques pétrographiques, son épaisseur, qui peut varier, et son pendage.

Géologie et architecture à Délos

Ce nouveau carnet hypothèse est destiné à accompagner le projet ANR, GAD, Géologie et architecture à Délos (2018-2022).

L’île de Délos, qui a joué un rôle majeur dans l’histoire du monde antique, est devenue par la fouille systématique qui y est conduite depuis 1873, le plus vaste site archéologique de Grèce, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1990. Du IIIe millénaire av. J.-C. jusqu’au VIe s. apr. J.-C., des centaines d’édifices publics et privés y ont été érigés qui combinent des matériaux locaux et d’autres importés des îles environnantes ou de Grèce continentale.

Le projet GAD a pour finalité d’étudier toutes les étapes de l’usage de la pierre dans les monuments de Délos, de son extraction en carrière à sa mise en œuvre. À partir de l’exemple délien, qui offre une documentation particulièrement riche, il vise aussi à analyser les rapports entre architecture et géologie dans le monde grec et, d’un point de vue historiographique, l’évolution des liens et des échanges entre la géologie et l’étude de l’architecture antique.

Le cas délien a été retenu pour sa richesse documentaire : Délos est la seule cité grecque dont le territoire ait été entièrement abandonné et où une étude de tous les lieux d’extraction antiques soit possible. C’est aussi l’un des rares sites où ont été retrouvés des comptes de construction, gravés entre le milieu du Ve et le IIe s. av. J.-C. et où, aux époques archaïque, classique et hellénistique, plusieurs très grands édifices ont été érigés par des étrangers avec des pierres importées des plus grandes carrières grecques. Sa géologie a suscité l’intérêt de nombreux voyageurs et savants occidentaux depuis le XVe s., dont les membres de l’Expédition scientifique de Morée (en 1829) et L. Cayeux (en 1906 et 1908), qui ont fait des prélèvements de roches dans l’île.